Altaï Khangaï

Le trio Altaï Khangaï a décidément l’art et la manière de transposer les musiques ancestrales de Mongolie dans un présent radieux et créatif. Leur nouvel album confirme cet état de grâce, comme le feraient sans aucun doute les milliers de spectateurs qu’Altaï Khangaï a rencontrés de par le monde depuis une vingtaine d’années.

Lorsque les deux majestueuses « vièles à tête de cheval » (morin khuur) et la cithare yoochin nous invitent dans l’immensité des steppes pour nous raconter l’Histoire secrète des Mongols, c’est toute la vitalité d’une tradition et de son peuple qui s’exprime avec une force quasi-orchestrale, tout autant capable de fougue que de subtilité. Sur ce solide édifice vient se poser le chant diphonique, clé de voûte de la culture mongole. Un art vocal complexe et virtuose qui permet à un seul chanteur d’émettre simultanément une mélodie et un bourdon. C’est entre les montagnes de l’Altaï et du Khangaï que se trouve le berceau de ce chant inspiré des éléments de la nature. C’est là qu’ont grandi Ganzorig Nergui, Ganbold Muukhaï et Garavkhuu Badmaabazar.

Cithares yatga et yoochin, luth tovshuur, tambour des chamanes, flûte à bourdon vocal, guimbardes… grâce à cet imposant instrumentarium traditionnel, la créativité d’Altaï Khangaï ne connait plus de limites. Ainsi, d’un savant mélange de timbres ou d’une gamme inhabituelle, Altaï Khangaï fait surgir des émotions et des images d’une rare intensité. À la fois conservateurs du patrimoine et architectes du futur, Ganzorig, Ganbold et Garavkhuu ont des racines suffisamment solides pour laisser tous les vents caresser leurs hautes branches.

The trio Altaï Khangaï truly masters the art of transposing ancestral music of Mongolia into a radiant and creative present. Their new album confirms this state of grace, as certainly would the thousands of spectators that Altaï Khangaï has meet all around the world in more than two decades.

When the two majestic “horse-head vielle” (fiddle – morin khuur) and yoochin sitar invite us in the immensity of the steppe to tell us the secret History of the Mongolians, the whole vitality of a tradition and of its people is expressed with a quasi-orchestral strength, both energetic and delicate. On this solid edifice lays the cornerstone of Mongolian culture: overtone chanting, a complex and mastered vocal art which allows a single singer to simultaneously produce a melody and a drone. It is between the mountains of the Altaï and the Khangaï that we find the origin of this chant inspired from natural elements. Ganzorig Nergui, Ganbold Muukhaï and Garavkhuu Badmaabazar grew up between these mountains, in western Mongolia.

Yatga and yoochin sitars, tobshuur luths, shaman drums, drone flutes, mouth harps…with such an impressive traditional instrumental variety, the creativity of Altaï Khangaï is without limits. Thus, Altaï Khangaï is able to stir up emotions and images of rare intensity with a subtle mix of tones or an unusual scale. Both guardians of the heritage and architects of the future, Ganzorig, Ganbold and Garavkhuu have roots solid enough to let all winds caress their tall branches.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s